Szeged, Palic et Subotica, l’Art nouveau de la Hongrie à la Serbie

Au sud de Budapest, d’autres villes de l’ancien empire austro-hongrois se sont aussi laissées séduire par l’Art nouveau. Szeged, en Hongrie, Palic et Subotica, en Serbie, peuvent se targuer d’être représentatives de ce mouvement appelé aussi Sécession dans cette partie de l’Europe. J’avais très envie d’y faire un saut et de voir en même temps à quoi ressemblait la Grande Plaine qu’on traverse pour atteindre ces villes.

palais Raichel Subotica Serbie

Le Palais Raichle à Subotica.
Photo City Breaks AAA+, Claude Mandraut.

Célèbre pour son agriculture, la Grande Plaine n’est pas seulement riche de ses cultures de céréales, de paprika, de ses vignobles ou de ses vergers. Certaines villes profitant de ses conditions favorables ont prospéré et, au tournant du XX ème siècle, quelques-uns de leurs citoyens fortunés ont fait construire de belles demeures et pour certains de véritables palais.

Très souvent, ces constructions de la Sécession sont décorés de motifs en relief, rehaussés de cabochons, soulignés de rebords en forme de vague, le tout en céramique venant pour la plupart du temps de la manufacture hongroise Zsolnay implantée à Pecs.

Szeged au bord de la Tisza en Hongrie

Si je n’ai pu m’arrêter à Kecskemet que je me réserve pour un autre voyage, j’ai commencé ce circuit Art nouveau dans la Grande Plaine par Szeged. Cette ville proche de la Tisza en a souvent subi les caprices et la grande crue de 1879 a ravagé Szeged. Seulement 10% de ses bâtiments étaient restés en place.

mairie de Szeged Hongrie

Mairie de Szeged.
Photo City Breaks AAA+, Claude Mandraut.

La mairie néo-baroque, dont c’est la troisième version au même endroit, a d’ailleurs été reconstruite à cette occasion par Odon Lechner et Gyula Partos et inaugurée par l’Empereur François-Joseph en 1883.

pont des soupirs Szeged Hongrie

Le Pont de soupirs. C’est vraiment le nom de ce passage qui relie la mairie au bâtiment d’à côté.
Photo City Breaks AAA+, Claude Mandraut.

Elle donne sur une grande place arborée entourée de beaux immeubles. Je n’ai pu voir l’intérieur, paraît-il très riche, de la nouvelle Synagogue de style éclectique qui accueille des concerts en raison de son excellente acoustique.

synagogue Szeged Hongrie

La Synagogue de Szeged.
Photo City Breaks AAA+, Claude Mandraut.

C’est le Palais Reok qui est sans doute le bâtiment le plus emblématique de Szeged. On le doit à Ede Magyar qui l’a réalisé en 1903 à la demande d’Ivan Reok, ingénieur hydraulique.

Palais Reok Szeged Hongrie

Le Palais Reok à Szeged.
Photo City Breaks AAA+, Claude Mandraut.

L’idée était d’évoquer l’univers aquatique avec des mouvements de vaguelettes mais aussi des nénuphars et des iris.

Palais Reok iris pensées Szeged Hongrie

Les piliers du Palais Reok sont couronnés par des iris et des pensées.
Photo City Breaks AAA+, Claude Mandraut.

angle Palais Reok Szeged Hongrie

Angle du Palais Reok à Szeged.
Photo City Breaks AAA+, Claude Mandraut.

Ces fleurs dans des tons de bleu mauve sont abondamment utilisées et se détachent sur la façade blanche. Le spectacle est magique. Depuis 2007, le Palais Reok est devenu le Centre régional des arts.

fleurs Palais Reok Szeged Hongrie

Les fleurs, thème dominant du Palais Reok jusqu’à la plaque d’égout sur son parvis.
Photo City Breaks AAA+, Claude Mandraut.

Le Palais Grof ne manque pas non plus d’allure. Donnant sur trois rues, il se caractérise par ses balcons, ses niches et ses tourelles qui donnent beaucoup de relief à sa façade dont le fronton est par ailleurs habillé de mosaïques.

Palais grof boulevard Tisza Lajos Szeged Hongrie

Le Palais Grof sur le boulevard Tisza Lajos à Szeged.
Photo City Breaks AAA+, Claude Mandraut.

balcons tours palais Gref Szeged Hongrie

Balcons et tours animent la façade du Palais Grof à Szeged.
Photo City Breaks AAA+, Claude Mandraut.

C’est l’œuvre de Jeno Raichl de 1912 à 1913. Il porte le nom d’un procureur général de Szeged.

céramiques palais Grof Szeged Hongrie

Céramiques bleues et jaunes du Palais Grof à Szeged.
Photo City Breaks AAA+, Claude Mandraut.

Jeno Raichl est aussi l’architecte de la Maison Moricz construite entre 1910 et 1912 pour le compte de Joszef Moricz.

maison Moricz Szeged Hongrie

La Maison Moricz à Szeged.
Photo City Breaks AAA+, Claude Mandraut.

Si le bâtiment est superbe avec ses aplats en céramique bleue, il a été restauré en 2007 pour le sauver d’une triste décrépitude.

céramique maison Moricz Szeged

Grand ramage en céramique sur la maison Moricz à Szeged.
Photo City Breaks AAA+, Claude Mandraut.

En se promenant dans Szeged, on aperçoit quantité d’autres bâtiments qui ne sont pas aussi célèbres mais qui constituent une jolie toile de fond à la ville.

place de la mairie de Szeged Hongrie

Sur la place de la mairie de Szeged, enfilade de façades aux couleurs tendres.
Photo City Breaks AAA+, Claude Mandraut.

immeuble appartements Szeged Hongrie

immeuble d’appartements à Szeged.
Photo City Breaks AAA+, Claude Mandraut.

colonnes Art nouveau Art déco Szeged Hongrie

Façade à colonnes pour un style Art nouveau se rapprochant de l’Art déco à Szeged.
Photo City Breaks AAA+, Claude Mandraut.

Les Bains Anna terminés en 1896 par Antal Steinhardt et Adolf Lang dressent leurs coupoles d’inspiration orientaliste.

bains Anna Szeged Hongrie

Les Bains Anna à Szeged.
Photo City Breaks AAA+, Claude Mandraut.

De l’autre côté de la frontière, la Serbie n’est pas en reste.

Palic, un petit coin de paradis perdu en Serbie

bureau de post Palic Serbie

Le bureau de poste de Palic.
Photo City Breaks AAA+, Claude Mandraut.

Palic, cité balnéaire qui remonte en 1912 sous sa forme actuelle, attire l’œil de l’automobiliste par sa « porte d’entrée » en bord de route, un ensemble étonnant constitué d’un genre de tour basse ouverte sur les côtés, coiffée d’un toit pointu et se prolongeant par un porche en bois décoré. Celui-ci est flanqué à sa droite d’un château d’eau qui s’étire vers le ciel.

Palic Château d'eau Serbie.

Entrée du parc de Palic avec la tour du château d’eau.
Photo City Breaks AAA+, Claude Mandraut.

Depuis l’auvent, on distingue, au loin, une nappe d’eau qui scintille sous le soleil. Avec une telle entrée en matière, on n’a qu’une envie s’engager dans la grande allée qui traverse la forêt pour aller voir ce qui se passe, là-bas au fond. Une fois la voiture garée, puisque toute cette zone de Palic est piétonne, on avance déjà loin du bruit de la route, aimanté par cette étendue d’eau que l’on aperçoit de façon de plus en plus précise.

bâtiment principal depuis entrée jusqu'au lac, Palic Serbie

Grande allée qui va de l’entrée au bord du lac de Palic, en passant sous le bâtiment principal.
Photo City Breaks AAA+, Claude Mandraut.

C’est ainsi qu’on arrive à la « Grande Terrasse », un vaste bâtiment pourvue de deux ailes et dont la partie centrale est construite sous forme d’arche qui laisse la perspective ouverte vers le lac.

bâtiment central Palic Serbie

Bâtiment central de Palic. En haut vu depuis l’entrée, en bas vu depuis le lac.
Photo City Breaks AAA+, Claude Mandraut.

Cette construction qui doit sans doute son nom à ses deux terrasses, côté lac, abritait au rez-de-chaussée des bazars, un barbier, une pâtisserie, une confiserie, un magasin de jouets. A l’étage, une grande salle était prévue pour les concerts et les bals.

terrasses Palic Serbie

Les terrasses qui font partie intégrante du bâtiment central de Palic.
Photo City Breaks AAA+, Claude Mandraut.

A gauche, en continuant vers le lac, se dresse le petit kiosque à musique.

kiosque à musique Palic Serbie

Le kiosque à musique de Palic.
Photo City Breaks AAA+, Claude Mandraut.

Enfin, au bord du lac, construit sur pilotis au-dessus de l’eau, est implanté le « Lido des femmes » avec sa jetée.

arrière Lido des femmes Palic Serbie

L’arrière du Lido des femmes à Palic.
Photo City Breaks AAA+, Claude Mandraut.

entrée Lido des femmes Palic Serbie

Entrée du Lido des femmes à Palic.
Photo City Breaks AAA+, Claude Mandraut.

bâtiment du Lido des femmes sur le lac Palic Serbie

Les bâtiments du Lido des femmes s’ouvrent largement sur le lac de Palic.
Photo City Breaks AAA+, Claude Mandraut.

Le tout en bois rouge sombre et fleurettes bleu pâle renvoie au folklore de Transylvanie retravaillé dans l’esprit Sécession par les architectes de Budapest, Marcell Komor et Dezso Jakab.

fontaine du mémorial Palic Serbie

La fontaine du mémorial, au bord du lac, à l’aplomb de l’entrée du parc de Palic.
Photo City Breaks AAA+, Claude Mandraut.

Il règne à Palic une ambiance de calme, hors du temps. L’harmonie entre ces bâtiments et la nature préservée invite à la contemplation.

vase Palic Zsolnay Palic Serbie

L’un des deux vases du parc de Palic, cadeau de la fabrique de Zsolnay. Il est décoré du dieu de l’eau.
Photo City Breaks AAA+, Claude Mandraut.

C’est un lieu tout à fait à part où j’aurais aimé rester, au moins une journée, pour profiter de ce cadre et de cette atmosphère uniques.

Subotica, un peu de Méditerranée en Europe centrale

Moins de dix kilomètres plus loin, on arrive à Subotica. Cette ville appelée aussi Zabadka a connu une embellie économique à la fin du XIX ème siècle qui s’est traduite par une éclosion de bâtiments Art nouveau.

mairie Subotica Serbie

La monumentale mairie de Subotica constitue avec sa tour, le point de repère majeur de la ville.
Photo City Breaks AAA+, Claude Mandraut.

Et la mairie est une démonstration éclatante de la vitalité de Subotica à cette époque. Impossible de l’ignorer tant par son emplacement très central évidemment que par sa taille qui lui permet encore à l’heure actuelle d’abriter la plupart des services municipaux sur 16.000 m² ou que par sa flèche de 76 mètres de haut.

porte entrée de la mairie de Subotica recto verso Subotica Serbie

Porte d’entrée de la mairie de Subotica, recto verso.
Photo City Breaks AAA+, Claude Mandraut.

Ses architectes, Marcell Komor et Dezso Jaka, ont enrichi ce bâtiment de multiples éléments décoratifs du plus bel effet. Fers forgés et céramiques à profusion s’inspirent du folklore hongrois.

motifs décoratifs mairie de Subotica Serbie.

Détail des motifs décoratifs de la mairie de Subotica.
Photo City Breaks AAA+, Claude Mandraut.

Le bâtiment a été construit entre 1908 et 1910 mais l’intérieur a été achevé en 1912.

hall mairie Subotica Serbie

Hall de la mairie de Subotica.
Photo City Breaks AAA+, Claude Mandraut.

Les mêmes architectes ont aussi bâti en 1902 la Synagogue de Subotica qui pouvait accueillir 1600 personnes.

synagogue Subotica Serbie

Synagogue de Subotica.
Photo City Breaks AAA+, Claude Mandraut.

C’est dire l’importance qu’avait la communauté juive à Subotica à cette époque.

synagogue Subotica Serbie réhabilitation

La Synagogue de Subotica est en cours de réhabilitation.
Photo City Breaks AAA+, Claude Mandraut.

Malheureusement, après la Deuxième Guerre mondiale, la population juive ayant été exterminée, cette Synagogue n’a pu plus être entretenue.

entrée synagogue Subotica Serbie

Entrée de la Synagogue de Subotica.
Photo City Breaks AAA+, Claude Mandraut.

La ville l’a rachetée en 1976. Après avoir été affectée à diverses activités, elle est en cours de rénovation.

décors terre cuite synagogue Subotica Serbie

Décors en terre cuite de la Synagogue de Subotica.
Photo City Breaks AAA+, Claude Mandraut.

Cette Synagogue est la seule à posséder des décors Art nouveau faisant référence au folklore hongrois.

On doit encore à Marcell Komor et Dezso Jakab, en 1907, le Palais de la Caisse d’épargne.

palais de la caisse d'épargne Subotica Serbie

Ancien palais de la Caisse d’épargne de Subotica.
Photo City Breaks AAA+, Claude Mandraut.

C’était alors la seule banque de la rue principale de Subotica. On voit sur l’un de ses frontons, une ruche en céramique, prise comme le symbole du travail et de l’économie.

décors caisse d'épargne Subotica Serbie

Décors de la Caisse d’épargne de Subotica.
Photo City Breaks AAA+, Claude Mandraut.

On trouvait aussi un restaurant au rez-de-chaussée, derrière les façades vitrées, tandis que des appartements avaient été aménagés dans les étages.

On retrouve aussi à Subotica deux architectes que j’apprécie tout particulièrement, les frères Vago qui ont travaillé à Budapest et à Oradea.

bâtiment couleurs tranchées Subotica Serbie

Le Palais Miksa Domotor, un bâtiment Art nouveau de Subotica aux couleurs tranchées.
Photo City Breaks AAA+, Claude Mandraut.

A Subotica, ils ont bâti en 1906 le Palais Miksa Domotor et y ont introduit les motifs géométriques de l’Art nouveau proche de la Sécession viennoise.

Ferronnerie, reliefs, Subotica, Serbie.

Ferronnerie, mouvements des façades, reliefs, tout a été pensé pour faire de cet immeuble de Subotica, une réalisation de très grande qualité.
Photo City Breaks AAA+, Claude Mandraut.

En 2008, la municipalité de Subotica a racheté ce palais pour en faire le Musée de la ville.

Le Palais Ferenc Raichle est d’une exubérance totale.

palais Raichle Courbes volutes Subotica Serbie

Le Palais Raichle tout en courbes et volutes.
Photo City Breaks AAA+, Claude Mandraut.

C’est un condensé d’Art nouveau puisant dans le répertoire décoratif du folklore transylvanien. Le bâtiment est d’une telle richesse que j’ai été frustrée de ne pas pouvoir répertorier toutes ses particularités.

entrée Palais Raichle Subotica Serbie

Entrée du Palais Raichle à Subotica.
Photo City Breaks AAA+, Claude Mandraut.

Cette profusion s’explique du   fait qu’il a été construit en 1904 par Ferenc Raichle (1869-1960), lui-même architecte, pour abriter son logement et son cabinet. Ayant décroché son diplôme d’architecte à Budapest, il arriva à Subotica en 1896. Cet homme présenté comme un bon vivant, amateurs de voyages et appréciant le luxe, considérait que rien n’était trop beau pour son palais. Malheureusement sa prodigalité l’entraîna vers la faillite et il ne put en profiter que jusqu’en 1908. Le palais tout meublé fut vendu aux enchères. Il partit pour Szeged où il resta quatre ans avant de s’établir à Budapest où il continua à travailler. C’est une galerie d’art moderne Art Encounters qui occupe maintenant le Palais Ferenc Raichle.

J’ai vu aussi d’autres belles bâtisses à Subotica de périodes et de styles différents.

guirlandes de fleurs Art nouveau Subotica Serbie.

Guirlandes de fleurs et rose tendre, une combinaison Art nouveau à Subotica.
Photo City Breaks AAA+, Claude Mandraut.

classique rue piétonne Subotica Serbie

Bel ordonnancement de la façade de cet immeuble sur la grande rue piétonne de Subotica.
Photo City Breaks AAA+, Claude Mandraut.

inspiration vénitienne Subotica Serbie

Inspiration vénitienne à Subotica.
Photo City Breaks AAA+, Claude Mandraut.

baroque Subotica Serbie

Immeuble baroque à Subotica.
Photo City Breaks AAA+, Claude Mandraut.

colonnes en béton et en céramique Subotica Serbie

Alternance de piliers en béton et en céramique forment une composition rigoureuse mais non dépourvue d’inventivité, à Subotica.
Photo City Breaks AAA+, Claude Mandraut.

Que ce soit la place de la mairie, la rue principale devenue piétonne ou les rues bordées d’arbres, tout incite à la promenade à Subotica.

rue ombragée Subotica Serbie

Une rue ombragée du centre de Subotica.
Photo City Breaks AAA+, Claude Mandraut.

Mais j’ai été cruellement déçue. Le Bar Papillon que je me faisais une joie de découvrir a été transformée en une lugubre petite boîte de nuit qui semble aussi faire office de salle de jeux et dont les portes vitrées sont couvertes d’affichettes criardes qui empêchent de voir l’intérieur. Pourvu qu’il n’ait pas été saccagé ! Subotica m’a comblée avec son Art nouveau très démonstratif mais j’ai aussi aimé cette ville serbe pour son atmosphère, son élégance et une pointe d’accent méditerranéen sous le soleil qui nous a accueillis.

Portes et détails d'architecture, Szeged Subotica Hongrie Roumanie

De Szeged à Subotica, portes et détails d’architecture. Les trois portes de la rangée du bas ont été photographiées à Szeged.
Photo City Breaks AAA+, Claude Mandraut.

Mon restaurant à Szeged

Malgré notre programme très dense, nous nous sommes arrêtés pour déjeuner au Szeged Etterem, sur la place de la mairie. Si le personnel était loin d’être accueillant, nous avons apprécié la salade qu’on nous a servie dans sa coque en biscuit au fromage à grignoter lorsqu’elle est vide. L’intérieur est charmant avec ses voûtes mais nous avons préféré profiter du beau temps et de la vue, sur la terrasse, à l’ombre de vastes parasols.

Szeged Etterem, 9 place Szechnyi, Szeged

A savoir

Que ce soit à Szeged ou à Subotica, quand on se gare, il faut aller chercher un ticket de stationnement. En général on en trouve dans les kiosques à journaux. Vous rencontrerez toujours quelqu’un qui vous renseignera. Le problème n’est pas là. Une fois que vous avez acheté ce ticket, ne vous contactez pas de le poser de façon à ce qu’il soit visible. Il faut cocher la date et l’heure. Sinon, vous aurez une contravention. Une petite surprise qui ne nous a pas vraiment fait plaisir.

J’ai été étonnée par ce que j’ai pu constater du coût de la vie en Serbie. J’ai changé 5 euros en dinars serbes pour pouvoir acheter mon ticket de stationnement. Avec cette somme, j’ai pu en plus payer les boissons non alcoolisées pour quatre personnes, laisser un pourboire mirifique et revenir avec un paquet de billets.

Vous aimerez aussi :

Budapest, rêve de pierre

Budapest, l’enchantement

Budapest et ses alentours, alentours de Szentendre à Godollo

Oradea, l’Art nouveau voilé et dévoilé

Saint-Pétersbourg, l’éblouissement

Riga, ville multiple et vivifiante

Barcelone et les sortilèges du Modernisme

Amsterdam entre Art nouveau et Art déco

Berlin, mon coup de cœur pour les Hackeshe Höfe

Vienne, la Ringstrasse a 50 ans

Bruxelles Art nouveau Art déco

Rome style Liberty

Le Palais de la Porte Dorée Art déco et exotique

Un joyau Art déco à Bordeaux

Arcachon et sa Ville d’hiver, une promenade à la Belle Epoque

Florence, l’étourdissante

Palerme, patrimoine à la dérive

Munich, entre fleuve et parcs

Salies de Béarn, la Cité de l’or blanc

Anvers, l’opulente

Bruges en un jour

Edimbourg et souffle un vent de mystère

Lisbonne de place en place

Istanbul, palais, mosquées, bazars et tulipes

Publicités

Une réflexion au sujet de « Szeged, Palic et Subotica, l’Art nouveau de la Hongrie à la Serbie »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s