Rome style Liberty

Rome Art nouveau, Rome Liberty, ce n’est peut-être pas pour ce type d’architecture et cette période que la « ville éternelle » est réputée mais elle recèle quelques trésors à découvrir absolument. Rares et d’autant plus précieux, ils tranchent avec exubérance sur les bâtiments classiques.

La villa des fées, Quartier Coppedè.

La villa des fées, Quartier Coppedè.

A Rome, le Liberty, le modernisme ou quel que soit le nom que l’on donne à l’Art nouveau italien, s’est exprimé dans deux réalisations majeures pas toujours bien connues. Un peu à l’écart, elles ne sont pas au centre de Rome. Même si vous n’êtes pas particulièrement friands de ce style, prenez la peine d’aller les découvrir. Par contraste, vous n’en apprécierez que mieux les grands classiques de Rome, du Vatican au Colisée en passant par le Panthéon ou la Fontaine de Trévi.

Le Quartier Coppedè, la magie de l’étrange

Organisé autour de la piazza Mincio, l’ensemble de bâtiments baptisé « Quartier Coppedè » était un projet porté par la Società Anonima Cooperativa Edilizia Moderna au début du xxème siècle, à Rome.

Derrière cette arche majestueuse avec sa suspension en fer forgé se cachent les mystères du Quartier Coppedè.

Derrière cette arche majestueuse avec sa suspension en fer forgé se cachent les mystères du Quartier Coppedè..

Ce programme d’habitations confié à l’architecte florentin Gino Coppedè a été lancé en 1913 et fut achevé après la mort de Gino Coppedè en 1927 par l’architecte Paolo Emilio André. Peut-on dire que ce quartier est Liberty ?Il est surtout de style Coppedè avec du Liberty associé à de l’éclectisme, du néomaniérisme, du néobaroque et du néomédieval.

On y accède depuis la via Tagliamento par une arche monumentale qui relie les deux corps de bâtiments du palais des ambassadeursAu milieu de la piazza Mincio se dresse la bien-nommée fontaine aux grenouilles.

La fontaine aux grenouilles est le centre stratégique du Quartier Coppedè.

La fontaine aux grenouilles est le centre stratégique du Quartier Coppedè.

Richement décorée, la villa des fées est l’une des constructions les plus spectaculaires qui donne sur la piazza Mincio.

Escalier latéral de la villa des fées.

Escalier latéral de la villa des fées.

Autre bâtiment à fort pouvoir d’évocation, la villa de l’araignée.

Porte d'entrée massive de la villa à l'araignée.

Porte d’entrée massive de la villa à l’araignée.

La richesse des décors est évidente mais il faut se donner du temps pour admirer toutes ces constructions afin d’en voir certains détails car ils abondent.

Ciel étoilée d'une entrée d'immeuble du quartier Coppedè.

Ciel étoilée d’une entrée d’immeuble du quartier Coppedè.

Juxtaposition de motifs décoratifs : peinture au-dessus de l'arc de la porte-fenêtre, ferronnerie de l'escalier, coquilles sous les fenêtres latérales.

Juxtaposition de motifs décoratifs : peinture au-dessus de l’arc de la porte-fenêtre, ferronnerie de l’escalier, coquilles sous les fenêtres latérales.

Ferronnerie travaillée d'un portail du quartier Coppedè.

Ferronnerie travaillée d’un portail du quartier Coppedè.

Le cadran solaire s'intègre au milieu des ouvertures de cette villa.

Le cadran solaire s’intègre au milieu des ouvertures de cette villa.

Grande fresque navale sur l'une des villas du quartier Coppedè.

Grande fresque navale sur l’une des villas du quartier Coppedè.

Eclairage d'angle d'une façade du quartier Coppedè.

Eclairage d’angle d’une façade du quartier Coppedè.

Portillon d'un jardin du quartier Coppedè.

Portillon d’un jardin du quartier Coppedè.

Ces deux arches protègent les entrées en retrait.

Ces deux arches protègent les entrées en retrait.

Dans le quartier Coppedè, les détails décoratifs abondent. Il faut prendre le temps de tout regarder, comme ici ce couple d'escargots.

Dans le quartier Coppedè, les détails décoratifs abondent. Il faut prendre le temps de tout regarder, comme ici ce couple d’escargots.

La Casina delle Civette, des vitraux liberty à profusion

A Rome, une villa peut en cacher une autre. Si vous entrez dans le magnifique parc de la Villa Torlonia, vous verrez d’emblée ce beau bâtiment transformé en palais par Guiseppe Valadier, de 1802 à 1806, à la demande de Giovanni Torlonia qui avait acheté la propriété en 1797 pour fêter son tout jeune titre de marquis. Cette villa en imposait suffisamment pour que Mussolini en fasse sa résidence de 1925 à 1943. Ne vous arrêtez pas là, promenez-vous dans le parc comme les Romains qui y déambulent tranquillement ou y font leur jogging. Et vous découvrirez la Casina delle Civette et ses fantaisies Liberty.

Toitures décalées, tour pointue, escalier latéral, petit auvent, une façade toute en mouvements.

Toitures décalées, tour pointue, escalier latéral, petit auvent, une façade toute en mouvements.

Balcon couvert, tourelle et pignons dentelés de la Casina delle Civette.

Balcon couvert, tourelle et pignons dentelés de la Casina delle Civette.

Au début, ce bâtiment n’était qu’un genre de chalet suisse construit en 1840 pour que le prince Alessandro Torlonia viennent s’y ressourcer loin des fastes de la Villa Torlonia. Mais à partir de 1908, Giovanni Torlonia, le petit-fils du marquis, la transforme radicalement et la sophistique. En 1917, l’architecte Vincenzo Fasolo rajoute différents éléments qui lui donnent un style franchement Liberty.

Ardoises et tuiles vernissées de couleurs alternent sur les toitures.

Ardoises et tuiles vernissées de couleurs alternent sur les toitures.

La Casina delle Civette doit son nom aux chouettes qui sont représentées à plusieurs endroits.

Une céramique représentant des chouettes surmontent cette petite porte de la Casina delle Civette.

Une céramique représentant des chouettes surmontent cette petite porte de la Casina delle Civette.

Détail de la céramique.

Détail de la céramique.

On les retrouve aussi parmi les  54 magnifiques vitraux réalisés par des artistes connus.

Guirlande de chouettes de Duilio Cambellotti dans la salle des chouettes.

Guirlande de chouettes de Duilio Cambellotti dans la salle des chouettes.

Chouette dans la nuit de Duilio Cambellotti dans la salle des chouettes.

Chouette dans la nuit de Duilio Cambellotti dans la salle des chouettes.

Les hirondelles du Laboratorio Picchiarini, salle des hirondelles.

Les hirondelles du Laboratorio Picchiarini, salle des hirondelles.

Enfilade de l'escalier des quatre saisons.

Enfilade de l’escalier des quatre saisons.

Détail de l'escalier des quatre saisons, panneau des migrateurs par Duilio Cambellotti.

Détail de l’escalier des quatre saisons, panneau des migrateurs par Duilio Cambellotti.

Paysage lacustre du Laboratorio Picchiarini dans la salle de bains des invités.

Paysage lacustre du Laboratorio Picchiarini dans la salle de bains des invités.

Morceau de vitrail du balcon des roses par Paolo Paschetto.

Morceau de vitrail du balcon des roses par Paolo Paschetto.

Vitrail de paons par Umberto Bottazzi dans la salle des cyclamens.

Vitrail de paons par Umberto Bottazzi dans la salle des cyclamens.

Vitraux avec des médaillons de fruits d'après un dessin d'Umberto Bottazzi dans la chambre à coucher du prince.

Vitraux avec des médaillons de fruits d’après un dessin d’Umberto Bottazzi dans la chambre à coucher du prince.

Grappes de raisins par Duilio Cambellotti dans la salle du clou.

Grappes de raisins par Duilio Cambellotti dans la salle du clou.

Vitrail du Laboratorio Picchhiarini dans la salle à manger.

Vitrail du Laboratorio Picchhiarini dans la salle à manger.

Tous les détails de décoration sont particulièrement soignés. La Casina traversa des périodes difficiles.

Détail d'un banc du cabinet des satyres.

Détail d’un banc du cabinet des satyres.

Détail des boiseries de la salle à manger.

Détail des boiseries de la salle à manger.

Motif de nymphéas de carreaux Villeroy et Boch dans la salle de bains du prince.

Motif de nymphéas de carreaux Villeroy et Boch dans la salle de bains du prince.

Elle fut occupée par les troupes anglo-américaines de 1944 à 1947, elle subit un incendie en 1991. Mais rachetée par la Mairie de Rome en 1978 elle été magnifiquement restaurée de 1992 à 1997. Sa visite est un véritable enchantement.

Villa Torlonia et Casina delle Civette, 70, via Nomentana, Rome, www.museivillatorlonia.it.

Exposition temporaire sur l’artiste Paolo Antonio Paschetto, première exposition monographique à Rome depuis 1936,  jusqu’au 28 septembre.

Hôtel à Rome

Le Sofitel Villa Borghèse, très agréable 5 étoiles installé dans un bâtiment de 1890 mélange avec bonheur un cadre historique opulent et un confort moderne. Le personnel est à la hauteur. Il permet d’aller à pied visiter le Quartier Coppedè. Proche de la Villa Médicis mais aussi de la célèbre piazza di Spagna et de la via Condotti. Cette petite rue est un concentré de toutes les enseignes italiennes et internationales haut de gamme. Aimer l’Art nouveau n’empêche pas d’apprécier les joies du shopping.

Sofitel Villa Borghese, 47 via Lombardia, Roma.

Aller à Rome

Au départ de Paris RDG, 6 vols quotidiens par Air France et Alitalia ;

Au départ de Bordeaux, 1 vol quotidien par Hop ! ;

Au départ de Lyon, 2 vols quotidiens par Hop ! ;

Au départ de Marseille, 2 vols quotidiens par Air France ;

Au départ de Nantes, 3 vols par semaine par Transavia ;

Au départ de Toulouse, 3 vols par semaine par Air France.

A lire

Il Quartiere Coppedè, Domitilla Dardi, Tascibili Economici Newton, Roma, 1999.

The Casina delle Civette at Villa Torlonia Guide, Annapaolo Agati, Alberta Campitelli, Comune di Roma, Electa, Roma, 2008.

Vous aimerez aussi :

Riga, ville multiple et vivifiante

Berlin, mon coup de cœur pour les Hackesche Höfe

Palerme, patrimoine à la dérive

Florence l’étourdissante

Saint-Pétersbourg, l’éblouissement

Munich entre fleuve et parcs

Amsterdam entre Art nouveau et Art déco

Budapest et l’Art nouveau

Mes neufs musées Art nouveau

Barcelone et les sortilèges du modernisme

Lisbonne de place en place

Anvers, l’opulente

Edimbourg et souffle un vent de mystère

Bruxelles Art nouveau Art déco 

Bruges en un jour 

Vienne, la Ringstrasse a 150 ans 

Istanbul, palais, mosquées, bazars et tulipes 

Budapest, l’enchantement 

Budapest, rêve de pierre 

Budapest et ses alentours, de Szentendre à Godollo 

Oradea, l’Art nouveau voilé et dévoilé 

Szeged, Palic, Subotica, l’Art nouveau de la Hongrie à la Serbie

Publicités

2 réflexions au sujet de « Rome style Liberty »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s