Budapest 100, à la découverte du patrimoine privé

Budapest 100 fait découvrir les 26 et 27 avril des immeubles de cent ans qui ne sont pas habituellement ouverts à la visite à Budapest. Une opportunité à saisir.

Ville de charme, Budapest m’a conquise. J’attends avec impatience d’y revenir pour la troisième fois. Bien que cette ville ait été ravagée par les bombardements, elle a réussi à se reconstruire et s’emploie à réhabiliter ses immeubles dans les règles de l’art. Amateurs d’Art nouveau et d’Art déco ne peuvent qu’être comblés par l’architecture de Budapest. Le Palais Gresham devenu un hôtel Four Seasons est l’une des merveilles de Budapest mais de nombreuses autres constructions présentent de beaux volumes et sont ornées avec recherche. A Budapest, les architectes du début du siècle ont montré un goût très prononcé pour les détails et les décors. Face à une telle richesse, le touriste est parfois frustré car il aimerait bien savoir ce qui se cache derrière d’étonnantes façades.

Budapest 100 qui est organisé par le Centre hongrois d’architecture contemporaine fondé en 2006 par de jeunes architectes, urbanistes et artistes  a lancé en 2011 l’idée de célébrer les immeubles de 100 ans. L’idée avait germé à l’occasion des cents ans de l’immeuble du magasin de tissus Godberger. Depuis, tous les ans, en avril, propriétaires et locataires d’immeubles privés ou institutionnels qui ont 100 ans dans l’année et qui en ont envie ouvrent leurs portes aux visiteurs. Budapest 100 édite sur son site une carte avec les emplacements de ces bâtiments,  donne leur adresse précise et propose éventuellement  une fiche technique. Tout le dispositif est fondé sur le bénévolat et d’autres manifestations se greffent autour de Budapest 100. Une fabuleuse façon de découvrir Budapest, son architecture et d’aller à la rencontre de ses habitants.

http://www.budapest100.hu

http://www.budapestinfo.hu

Vous aimerez aussi :

Berlin, mon coup de cœur pour les Hackesche Höfe

Budapest, rêve de pierre 

Budapest, l’enchantement 

Budapest et ses alentours, de Szentendre à Godollo 

Budapest et l’Art nouveau 

Oradea, l’Art nouveau voilé et dévoilé 

Szeged, Palic et Subotica, l’Art nouveau de la Hongrie à la Serbie

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s