Pourquoi j’ai banni les agences de voyage

Je suis une voyageuse mais pas une aventurière et j’aime mon confort. Mais je n’utilise plus les agences de voyage traditionnelles et les tours opérateurs classiques inadaptés à mes besoins et sans doute aux vôtres. Je suis toujours étonnée de voir, dans mon entourage, des personnes qui, pour des voyages simples, s’en remettent encore aux agences traditionnelles mêmes si elles ne sont pas enchantées par ce qu’on leur propose. Voici mes raisons et mes petits trucs pour voyager en toute liberté et sans mauvaise surprise.

Les grands baroudeurs qui partent avec leur sac à dos à l’autre bout du monde pour un périple de plusieurs mois vont sourire de mes conseils et de mes a-priori mais les voyageurs occasionnels ou un peu plus âgés comprendront qu’ils peuvent s’offrir un voyage vraiment sur mesure en évitant les agences traditionnelles. A l’heure d’internet et avec un peu d’anglais scolaire tout est possible.

Un voyage en vol direct c’est toujours mieux

Avec agence

La dernière fois que nous sommes allés à Venise, nous nous sommes assis par hasard dans une cafétéria de l’aéroport à côté d’un couple. Des Bordelais, comme nous. Ils sont tombés des nues quand nous leur avons expliqué que nous rentrions aussi à Bordeaux par le vol direct Bordeaux-Venise de Volotea. Ils étaient passés par une agence qui, incompétente ou malhonnête, leur avait fait prendre à l’aller et au retour un Bordeaux-Lyon/Lyon-Venise. Résultat, nous avons payé le vol moins cher, mais surtout nous sommes partis plus tard de Venise et arrivés plus tôt qu’eux à Bordeaux sans attente fastidieuse.

Sans agence

Si vous manquez d’audace, prenez une ville desservie directement sans transfert, pour commencer. Au départ des villes de province les ouvertures de lignes se sont multipliées à grande vitesse ces dernières années. Je donne l’exemple de Bordeaux puisque j’y vis. L’Aéroport de Bordeaux-Mérignac connaît une fabuleuse augmentation du trafic qui a été notamment basé sur l’arrivée des compagnies low cost. Elles ont ouvert de nouvelles perspectives aux Bordelais. Le terminal low cost, Billy, est un peu spartiate mais il faut comprendre que l’Aéroport abaisse ainsi les coûts de fonctionnement et ses taxes sont très basses. Facteur qui attire les compagnies. Sinon, elles seraient moins volontaristes. Car, soyons honnête, Bordeaux n’est pas le centre du monde et il faut que les lignes soient rentables. Volotea a choisi le confort du hall A mais Ryanair et Easyjet apprécient Billy. Et, sur des vols courts et moyens courriers, il y a relativement peu de différence entre les conditions de vols d’une compagnie low cost et ceux d’une compagnie classique. Regardez le site de l’aéroport de votre ville pour faire le tour des offres, passez ensuite sur le site de la compagnie pour réserver. En général tout est parfaitement clair, en ce qui concerne les dates, les coûts et les sur-coûts. Vous recevez tout de suite par mail les éléments de la confirmation. Vérifiez, faites des simulations. Ne croyez pas ceux qui disent que les prix augmentent chaque fois qu’on revient sur un site de réservation de compagnie aérienne. En revanche, les prix peuvent évoluer au fur et à mesure du remplissage de l’avion.

Mon hôtel où je veux et comme je veux

Avec agence

Pour notre voyage à Prague, nous étions passés par une agence haut de gamme. Je voulais aller à l’hôtel Paris, pour son charme ancien. On nous a imposé le Mandarin Oriental. Ce qui m’a gâché, pour partie, le voyage car l’établissement était haut de gamme, certes, mais dans un style froid que je n’aime pas et très mal placé par rapport aux visites que je souhaitais faire. Les renseignements fournis sont toujours très vagues. Et si vous voulez être sûr de vous, vous serez obligé de vérifier par vos propres moyens avant de signer le contrat. Les agences travaillent souvent avec des partenaires et n’ont pas la possibilité de proposer des hôtels avec lesquels elles ne sont pas en affaires.

Sans agence

J’ai trois grands piliers pour mes recherches: Booking.com, Lastminute (pour moi, il ne s’agit pas de réservation de dernière minute) et Tripadvisor. Il en existe d’autres mais je suis très satisfaite de ces trois-là. J’utilise Booking.com pour des réservations d’hôtel. Ce site offre la possibilité, grâce à une option très peu coûteuse, de pouvoir annuler jusqu’à la veille du départ. J’ai recours à Lastminute pour réserver un hôtel et parfois, en même temps, le voyage. Au départ, je réservais toujours les deux en même temps pour me sécuriser mais la priorité est d’acheter sa place en avion car ce dernier peut vite se remplir pour la période durant laquelle on souhaite partir. En revanche l’offre des chambres dans une grande ville reste beaucoup plus ouverte. On peut toujours trouver une solution de substitution. Tripadvisor m’aide à me renseigner sur les établissements. Je consulte ce site plus pour les commentaires que pour le comparateur de prix qui affiche les meilleurs tarifs pratiqués par les sites et agences en ligne. Grâce aux diverses possibilités de tris et de filtres, je fais apparaître les hôtels par catégorie (4 ou 5*, par exemple, dans notre cas) et je demande qu’ils soient classés en fonction des notes des clients. Je consulte toujours les commentaires des internautes sur Booking.com et Lastminute pour orienter mon choix. Et non, ce n’est pas l’hôtel qui écrit ses propres louanges. Entre les mécontents perpétuels et les imbéciles heureux, vous arriverez à connaître les défauts et les qualités de votre hôtel avant d’y arriver. Et surtout vérifiez la situation, la situation, la situation. Entre les cartes de Booking.com, de Lastminute et Google Maps, vous saurez exactement en km ou en mètres où se trouve votre hôtel par rapport aux quartiers qui vous plaisent. Et s’il ne reste plus de chambre dans l’hôtel de vos rêves sur Booking.com ou Lastminute qui ne disposent que d’un petit contingent de lits, allez directement sur le site de l’établissement pour faire votre réservation. Le prix sera sans doute un peu plus élevé. Par commodité et pour le confort, je choisis toujours des hôtels. Je n’ai jamais opté pour des locations d’appartement, que ce soit par le biais de Booking.com ou dairbnb.

Où sont passées mes valises ?

Avec agence

La seule et unique fois où nous nos bagages ont été égarés c’est parce que l’agence nous avait fait passer par Roissy Charles-de-Gaulle. Les bagages n’étaient pas perdus, simplement « retenus » mais nous étions à Budapest en hiver et nous aurions aimé avoir tout de suite nos vêtements et pas deux jours plus tard. A l’aéroport de Budapest, on m’a expliqué que c’était comme ça tous les jours depuis Charles-de-Gaulle. Peut-être une petite exagération mais notre cas était parlant. La moitié des passagers de l’avion, c’est-à-dire ceux qui étaient en transit, comme nous, n’avaient pas leur bagage. Et ce n’est pas l’agence qui m’a aidée lorsque nous avons eu ce problème. Ce n’était pas de son ressort, nous a-t-on répondu. C’est l’attachée de presse de la compagnie aérienne, que je connaissais, qui m’a donné des informations et rassurée en localisant nos valises.

Sans agence

Désormais quand je pars vers le nord de l’Europe ou l’Est, je passe par l’aéroport Schiphol à Amsterdam, un hub très riche en connexions mais beaucoup plus fonctionnel. Avec ou sans agence, surtout lorsqu’il y a un transfert rien ne garantit que votre bagage vous suivre, toutefois les incidents sont rares.

Prix de groupe, prix d’amis, une fausse vérité

Avec agence

Mon époux manquant de confiance dans mon prestations considérait qu’il fallait passer par une agence pour aller à Saint-Pétersbourg. Ne voulant pas le contrarier, je l’ai laissé faire sa tournée des agences. Evidemment, la durée du séjour ne me convenait pas et on ne pouvait pas rallonger, l’hôtel « formidable » était mal placé encore une fois et sa description ne m’inspirait pas mais il était idéal, selon la conseillère de l’agence. Et facteur qui devait être décisif, selon elle, l’agence s’occupait du visa et bénéficiait d’un tarif de groupe, inférieur à celui que paierait un particulier.

Sans agence

Comme aucune formule ne nous convenait, j’ai choisi mes dates, les compagnies aériennes et d’hôtel et j’ai fait les formalités pour le visa. Résultat, le prestataire de services que j’ai choisi pour faire valider mon visa à l’ambassade de Russie à Paris m’a pris moins cher que l’agence et j’ai eu le voyage que je souhaitais, comme je le souhaitais. Quand nous sommes partis à Moscou, la question ne s’est même pas posée. J’ai d’emblée organisé notre voyage, à ma façon.

Quand les prestations deviennent des boulets insupportables

Avec agence

L’agence a souvent dans ses packages des prestations complémentaires, comme la limousine qui vous attend à l’aéroport ou le guide programmé à jours fixes pendant le séjour, y compris quand vous auriez envie de flâner.

Sans agence

A Budapest, l’aéroport met à disposition un système très ingénieux, peu coûteux et sûr. On achète un biller aller et retour à un comptoir dédié. On indique au guichetier le nom de l’hôtel. Et quand 4 à six voyageurs vont dans la même direction, ils sont appelés, transportés dans un minibus. Le chauffeur s’arrête devant chaque hôtel. Pour le retour, l’hôtel appelle en donnant l’heure souhaitée et le minibus vient vous chercher.

Par mail, on peut aussi demander à l’hôtel d’envoyer un véhicule de l’hôtel, s’il y en a un ou un taxi. Pour les petits budgets, il y a toujours des transports en commun qui conduisent au centre ville.

Pour les excursions, inutiles de s’engager trop longtemps à l’avance. Il vaut mieux aviser sur place, en fonction de la météo. A Saint-Pétersbourg, l’hôtel nous a organisé l’aller et le retour depuis l’aéroport en les prévenant à l’avance. Sur place, au dernier moment, quand nous en avons eu envie, l’hôtel nous a fourni une excursion à Peterhof avec un guide parlant français. Pour le reste, nous avons apprécié de pouvoir déambuler librement à notre guise. Un guide prévu tous les jours aurait été inutile et pesant. A Naples, les taxis sont parfaitement encadrés. Au dos, du chauffeur, un tableau est affiché avec les prix et les conditions de toutes les excursions envisageables autour de la ville, notamment pour aller à Pompéi et il n’y a pas de variante d’un taxi à un autre. Comme quoi, les préjugés…

Pour plus d’indépendance ou pour des déplacements plus importants, je loue par internet, auprès d’un grand loueur international, une voiture qui m’attend à l’aéroport. Ou dans le courant du séjour, je me rends à une agence locale du centre ville la veille ou l’avant-veille de mon déplacement pour faire la réservation. Booking.com et Lastminute servent aussi d’intermédiaire pour des locations de voiture.

Le voyage en liberté, à son rythme

Avec agence

Vous serez sans doute gênés dans certaines de vos investigations par le temps imparti au séjour, la situation de l’hôtel ou des prestations annexes inutiles mais déjà payées.

Sans agence

Le plaisir d’un voyage est aussi dans l’anticipation. Je m’y prends plusieurs mois à l’avance, en général, pour être sûre d’avoir exactement ce qui me plaît à l’arrivée. Ne vous privez pas de ce plaisir par paresse. Vous avez des goûts personnels, des envies, ne laissez pas l’agence vous en priver. Organisez-vous. Rien de plus facile avec les guides. Attention, j’ai souvent constaté que les dernières versions des éditeurs, y compris ceux qui ont une excellente réputation, n’étaient pas actualisées. J’ai trouvé une description de l’Hôtel de l’Aigle Noir à Oradea en Roumanie dans plusieurs d’entre eux, alors que l’hôtel est fermé depuis des années. Mais vous avez aussi internet qui est une source presque inépuisable avec des renseignements souvent très pertinents et à jour. Les musées et autres sites à visiter affichent heures et jours d’ouverture. Consultez les sites des offices de tourisme. Certains sont très riches et très bien faits. Celui de Ljubljana, petite ville de charme dans un petit pays, où je me suis rendue récemment est un exemple du genre. En général, des documents et des plans peuvent être téléchargés. Attention, l’anglais règne en maître sur ces sites. Vous avez aussi l’opportunité d’envoyer un mail pour demander des renseignements spécifiques. A compléter éventuellement, pour certains pays, par des vérifications auprès de l’ambassade ou du consulat pour les formalités. Et je ne l’ai encore jamais essayé mais il y a l’association internationale des Greeters, des volontaires qui font visiter gratuitement leur ville. Ce n’est pas une question d’argent mais c’est le plaisir de rencontrer des autochtones passionnés par leur ville. En nous promenant librement, nous avons fait quelques belles rencontres au cours de nos voyages. Je suis toujours en contact avec certaines personnes que j’ai connues dans ces circonstances.

Vigilant mais pas paranoïaque

Avec agence

Vous vous sentez rassurés parce que l’agence vous remet un voyage clés en mains : avion, hôtel et tout le reste que vous payez au comptoir par chèque ou par carte bancaire.

Sans agence

Tous les sites dont je vous ai parlé sont parfaitement sécurisés. Vous pouvez leur confier les numéros de votre carte bancaire sans craindre de piratage. Pour chaque achat, chambre ou avion, vous recevez votre confirmation par mail qu’il vous reste juste à imprimer. Pour les hôtels, vous avez un numéro de dossier qui vous permet de dialoguer avec votre hôtel. Afin d’éviter tout problème, j’ai l’habitude d’envoyer un mail à l’hôtel quelques jours avant mon arrivée en leur donnant mon nom, mes dates, mon numéro de dossier. Mais j’ai toujours constaté que tout était parfaitement enregistré et validé.

Voyages organisés à fuir… peut-être pas toujours

J’ai toujours refusé les voyages organisés en groupe. C’est trop pour moi. Mais des amis m’ont raconté des périples hallucinants : arrêt d’un jour et quelques heures pour visiter Moscou ou Saint-Pétersbourg, largage depuis un bateau de croisière pendant une demi-journée pour voir Naples. Grand repas à la « française » pour fêter le 14 juillet au Maroc, arrêts forcés chez les « bons » artisans, ceux qui commissionnent le guide. Circuits durant lesquels on passe plus de temps dans le bus que dans les lieux à visiter où il y a l’éternel insatisfait qui ne manque aucune occasion de râler, où il y a l’inévitable retardataire qui pénalise tout le monde.

En revanche, je reconnais que pour certaines destinations lointaines, dans un registre spécifique de type safari photo très haut de gamme, un spécialiste peut s’avérer utile. Mais cela ne me concerne pas puisque je suis une adepte des villes.

Publicités

8 réflexions au sujet de « Pourquoi j’ai banni les agences de voyage »

  1. Je voyage avec et sans agence, ce qui déterminera mon choix ? Mon budget avant tout.
    Dans les 2 cas, je n’ai jamais eu de problème. Je suis très exigeante aussi. L’agence ne me vendra pas tout et n’importe quoi. Mon agent me connait, et j’ai confiance en elle.

    J'aime

    • Une agence bien particulière avec laquelle le voyageur entretient des relations plus ou moins suivies peut être une bonne solution. Pour ma part, je n’ai pas eu de gros problèmes avec les agences auxquelles j’ai fait appel. Mais je n’ai jamais obtenu ce que j’étais venue chercher. j’ai constaté qu’elles avaient des produits tout prêts et qu’elles n’étaient pas capables d’en sortir, quitte à soutenir qu’il n’y avait pas d’autre solution possible. Je prépare mes voyages très en amont pour avoir la documentation la plus complète sur ce qui m’intéresse. A budget égal, je souhaite pouvoir découvrir la ville (puisque je suis très portée sur le tourisme urbain) où je me rends le mieux possible et à ma façon. Et sur des destinations qui ne sont pas particulièrement exotiques comme Prague, Budapest ou Saint-Pétersbourg, je me suis heurtée à l’incompréhension des conseillères, toujours charmantes, mais incapables de m’apporter la bonne réponse y compris dans un réseau haut de gamme. J’ai donc choisi de faire du sur mesure en me prenant en main. Les amis qui suivent apprécient.

      J'aime

  2. Merci Claude pour cet excellent article ô combien utile voire incontournable avant de s’envoler. Nous voyageons très très peu par agence sauf cas particulier tel que descente du Nil ou safaris africains et nous éprouvons du plaisir à concocter du sur mesure adapté aux goûts et aux capacités physiques de chacun de notre trio. Le voyage commence déjà par la préparation du « circuit », le choix des sites, des hôtels, on s’y croît déjà. Jamais déçus. Toutefois, sans internet et sans temps à y consacrer, l’affaire aurait beaucoup moins de charme!

    J'aime

    • Internet a certains inconvénients mais sans doute plus d’avantages. Quant au voyage, quand on arrive à faire vraiment ce dont on avait envie, on y prend du plaisir avant, pendant et après. C’est tout de même bien agréable. Et tous les trois, vous en savez quelque chose.

      J'aime

  3. Nous en temps que famille nombreuse notre choix se porte forcément hors agence, parce que les tarifs pratiqués sont exorbitants et souvent les hôtels pas adaptés! C’est sur on met plus de temps à tout préparer mais l’avant voyage a aussi son charme non?

    J'aime

    • En dehors de toute question de budget, l’avant voyage, c’est déjà un plaisir dont je ne pourrais plus me passer. Imaginer la ville, ses quartiers, les parcours et confronter ensuite ses projections à la réalité, c’est passionnant.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s