Voyage en Art nouveau avec Olga Harmsen

About Art Nouveau est un blog qui marie l’Art nouveau et les voyages. C’est une invitation à la découverte. Esthétique et très bien documenté, ce blog est d’une rare richesse. J’ai eu envie de découvrir la personne qui avait imaginé et créé ce guide passionnant. Rencontre avec une femme de conviction.

Olga Harmsen la créatrice du blog About Art Nouveau

Olga Harmsen, la créatrice du blog About Art Nouveau.

 

Ecrit en anglais, le blog About Art Nouveau est la création d’Olga Harmsen, une hollandaise qui l’a lancé il y a cinq ans. Olga vit à Dordrecht dont ses parents et ses grands-parents sont originaires. Et si elle est née à une vingtaine de kilomètres de cette ville, elle y est arrivée dès l’âge de six ans. Tous ses souvenirs la ramènent à Dordrecht où sa fille a vu le jour. « C’est ma maison. Savez-vous que Dordrecht est une île ? La ville est enserrée par trois gros fleuves », souligne-t-elle. Etant moi-même folle d’Art nouveau et de voyages, j’ai découvert rapidement son blog en allant sur la toile. Et je continue à le consulter fréquemment. Allez-y, vous ne serez pas déçu.

Du marketing à l’Art nouveau

La formation et la carrière d’Olga Harmsen ne la prédestinaient pas a priori à s’immerger dans l’Art nouveau. Olga qui a actuellement 45 ans a étudié l’économie japonaise à l’Université Erasmus de Rotterdam et à l’âge de 19 ans, elle est partie étudier au Japon. Et à partir de 1992, elle a travaillé dans le secteur du marketing pour des plusieurs sociétés japonaises. Ce qui l’a amenée à écrire quantité de textes pour des sites, des catalogues et à développer des outils de vente et de publicité.

C’est dans son cursus professionnel qu’elle s’est familiarisée avec les nouveaux média, les mettant au service du marketing. A titre personnel Olga a eu envie d’étudier les possibilités que pouvait offrir un blog et elle a commencé par un blog familial avec le récit de ses voyages, des photos de vacances, ses recettes. Mais le champ d’expérimentation d’un tel blog était un peu limité puisqu’il ne concernait que la famille et les proches.

chandelier henry van de Velde 1898-1899

Chandelier d’Henry van de Velde vers 1898-1899.

Pour expérimenter pleinement le pouvoir d’un blog, elle a cherché un autre sujet sur lequel publier qui pourrait intéresser un plus large lectorat venant d’horizons variés. Et c’est là que le thème de l’Art nouveau s’est imposé. « j’ai été inspirée par le succès de Julie Powell dont le blog est devenu un film Julie et Julia dans lequel joue Meryl Streep. J’ai décidé de lancer un blog pour trouver tout ce qu’on peut savoir sur l’Art nouveau ».

Introduction à l’Art nouveau

Olga Harmsen n’a pas choisi l’Art nouveau par hasard. Son intérêt est le fruit d’un long cheminement. Elle était déjà fascinée par l’architecture Art nouveau et souhaitait aller beaucoup plus loin dans ses connaissances. Alors qu’elle a 45 ans maintenant, elle considère que cette passion pour l’Art nouveau a pris naissance il y a des années. Elle se souvient qu’elle a toujours aimé les posters de Mucha, le grand peintre tchèque, et qu’elle avait été frappée par les entrées de métro de Paris dessinés par Guimard alors qu’elle était adolescente.

Et il y a eu son séjour au Japon, où elle est partie à 19 ans pour poursuivre ses études. « Je vivais dans une famille japonaise et la mère de famille m’a fait visiter de nombreux musées. J’ai tout de suite aimé l’art que j’ai découvert dans les musées japonais et le design japonais que je voyais partout autour de moi. L’Art nouveau ayant été influencée de façon significative par l’art japonais, je pense que je peux dire que j’ai été initiée à l’Art nouveau à sa source. »

dessin japonais

Dessin japonais entre 1901 et 1902, de Shin-Bijutsukai, un magazine de design japonais.

Le Japon à l’origine

Difficile pour Olga Harmsen de définir ce qui la touche tant dans l’Art nouveau. Mais, à la réflexion, c’est sûrement l’influence du Japon qui l’a sensibilisée, pense-t-elle. Car au sein de tous les courants de ce mouvement artistique, elle n’est pas sensible aux créations de Carlo Bugatti, par exemple, d’inspiration plus africaine que japonaise, à son avis.

chaise d'angle carlo Bugatti 1900-1902

Chaise d’angle de Carlo Bugatti vers 1900-1902.

Les vases en métal ajouré de Joseff Hoffman  ne la séduisent pas non plus alors que  les créations japonaises ou Art nouveau s’inspirant de la nature l’enchantent.

vases en métal joseff Hoffmann

Vases en métal de Joseff Hoffmann vers 1905.

D’ailleurs, le sous-titre du blog About Art Nouveau est Sei Shonagon, une femme appartenant à la cours de l’Impératrice Teishi autour des années 1000. Elle devint célèbre en tant qu’auteur des Notes de chevet, un journal qu’elle écrivit durant les années qu’elle passa à la cours et qui fut l’un des premiers chefs-d’œuvre japonais en prose. « Comme j’ai des liens forts avec le Japon et que j’ai ressenti le besoin d’écrire mes journaux personnels depuis l’âge de 10 ans, j’ai choisi Sei Shonagon comme nom de plume », commente Olga Harmsen.

Un blog très documenté et professionnel

Quand on consulte About Art Nouveau, on est impressionné par la somme d’informations qu’il renferme et par ses qualités d’écriture, de documentation et d’iconographie. Je prends toujours un immense plaisir à m’y plonger. Modeste, Olga Harmsen explique que son expérience dans le marketing l’aide sans doute à optimiser son organisation. Elle voyage peu de fois chaque année et prépare ses déplacements très soigneusement. Elle peut ainsi prendre quantité de photos en peu de temps et travaille ensuite sur le blog plus tard. Car avant d’écrire, elle étudie le sujet à fond.

Elle lit des livres, fait des recherches sur internet. Et ce n’est que lorsqu’elle estime qu’elle a compris toute l’histoire qu’elle commence à écrire et utilise ses photos pour illustrer le blog. « Ecrire n’est pas l’étape qui me prend le plus de temps. Voyager, traiter mes photos, faire des recherches sur le contexte, lire est beaucoup plus chronophage. Pendant que d’autres personnes regardent la télévision après le dîner quand les enfants sont au lit, je lis, je fais des recherches, je prépare mon blog », explique Olga.

Une passion partagée

Olga Harmsen a la chance d’avoir fait partager son intérêt pour l’Art nouveau à son mari. S’il a le temps, il l’accompagne dans ses voyages. Et parfois ils amènent leurs enfants avec eux. Ils essaient de leur enseigner à voir et comprendre l’art. Mais ils les laissent libres aussi de décider s’ils aiment ou non ce qu’ils voient. Et durant de tels voyages en famille, ils mêlent culturel et activités qui plaisent aux enfants. Olga admet « Oui, l’Art nouveau influence la vie de notre famille. Mais ce n’est pas un problème ».

Pour être au courant de tout ce qui se passe autour de l’Art nouveau, elle  est membre de l’Art Nouveau Club, à Barcelone, et du Réseau Art Nouveau (RANN) à Bruxelles. Et elle essaie de  lire toutes leurs publications et d’assister à toutes leurs conférences. En tant que professionnelle du marketing, Olga est fascinée par le pouvoir des réseaux sociaux et a de nombreux followers sur Twitter et Facebook. Elle utilise ce « pouvoir » pour aider ces organisations à promouvoir leurs activités et à faire prendre conscience du patrimoine Art nouveau.

« Si nous voulons sauver le patrimoine Art nouveau pour le futur, nous avons besoin d’en faire prendre conscience au plus grand nombre. Cette prise de conscience permettra de générer des fonds pour faire des restaurations. Et le tourisme générera à son tour encore plus de prise de conscience et d’argent. Les réseaux sociaux peuvent être un outil très puissant », se réjouit Olga. Twitter l’aide considérablement pour suivre tout ce qui se passe dans le monde. Elle s’est abonnée aux comptes Twitter des principales organisations en relation avec l’Art nouveau. « Dès qu’elles publient en ligne, je suis avertie. Je fais aussi des recherches avec #ArtNouveau et #Jugendstil tous les jours. Ainsi, je récupère dans la journée les informations émanant d’autres personnes ou d’organisations », souligne Olga.

Une vie modelée par l’Art nouveau

Quand on demande à Olga Harmsen ce que l’Art nouveau a changé dans sa vie, elle répond : « Tout ! » Cette passion lui a fait comprendre qu’elle n’avait plus envie d’écrire pour le monde des affaires avec pour seule finalité générer du profit. « Je veux mettre au service d’une bonne cause mes connaissances et mon expérience, contribuer à quelque chose d’utile pour la société », argumente Olga. L’Art nouveau est devenu tellement prenant que lorsqu’il a été question d’acheter une nouvelle maison, Olga et son mari en discutant sont vite tombés d’accord sur le fait qu’ils avaient envie de vivre dans une maison Art nouveau. Après un an et demi de recherche, ils l’ont trouvée. S’ils ont fait cet achat en 2012, ils sont toujours en train de la restaurer eux-mêmes.

Maison Art nouveau d'Olga Harmsen à Dordrecht

La maison Art nouveau d‘Olga Harmsen à Dordrecht.

L’une de leurs exigences était que cette nouvelle maison ait conservé tous les détails décoratifs d’origine. Dans les années 60 et 70 les décors Art nouveau avaient été cachés par du contre-plaqué ou divers panneaux, mais on peut toujours les sortir. Tant que les matériaux d’origine n’ont pas été détruits, ils  étaient satisfaits. Par exemple ils ont trouvé une porte habillée d’un panneau et peinte en blanc.

porte de chambre

Porte de chambre masquée avant travaux et après travaux telle qu’elle était au moment de sa création. Etonnant !

Ils ont retiré ce panneau et découvert la forme et la couleur originales de cette porte. « Restaurer cette maison a ressemblé à une chasse au trésor », s’amuse Olga Harmsen.

Faire revivre une maison Art nouveau

Dans les rares cas où les matériaux d’origine ne pouvaient plus être réparés, ils les ont fait copier à des artisans comme le stuc de la salle de séjour. Pour la cuisine, ils ont rencontré un problème difficile à résoudre. C’était un modèle de cuisine bon marché des années 60 qui était en mauvais état. Ils ont décidé de la démolir. Mais Olga a cherché pendant des années un exemple de cuisine Art nouveau sans succès. Elle explique cet échec : « En fait, quand les gens avaient de l’argent dans les années 1900, ils avaient du personnel. Et je pense qu’ils n’investissaient pas dans une belle cuisine pour le personnel. Autant que je sache, les cuisines Art nouveau n’existent pas ». Face à ce constat, Olga en a dessiné une et elle est très impatiente car elle est cours de construction.

cuisine Art nouveau

Dessin de cuisine imaginé par Olga Harmsen dans l’esprit Art nouveau.

Et toute personne intéressée pourra lui commander (info@maisonartnouveau.nl) ce type de cuisine qu’elle est capable d’adapter à toutes sortes de volumes et d’espaces. Les Harmsen ont réussi à retrouver les petits-enfants des premiers propriétaires de la maison car ils cherchaient des photos de l’intérieur. Malheureusement, ils n’en avaient pas. La seule chose qu’ils ont trouvé, ce sont les papiers peints  dans certaines pièces, mais ils ont décidé de ne pas les récréer. Cela serait revenu trop cher et il y a beaucoup de papiers peints de style Art nouveau disponibles.

Art nouveau revival

Lorsqu’elle a décidé d’employer ses connaissances en marketing et en communication pour faire découvrir et valoriser le patrimoine Art nouveau, Olga a créé sa propre société Maison l’Art Nouveau. Des organisations peuvent l’engager pour écrire à propos de leurs expositions, ou par exemple développe un site une créer une brochure. Et bien sûr, elle écrit sur son propre blog. Mais c’est une minuscule niche. Elle a donc pensé que ce serait une bonne idée d’avoir une seconde source de revenus.

Et c’est vers la décoration intérieure de style Art nouveau qu’elle s’est orientée. « Pour notre propre maison, j’ai fait des recherches sur tous les produits disponibles sur le marché pendant des années. Il y en a beaucoup, mais ils ne se trouvent pas au même endroit. J’ai acheté du papier peint et du tissu dans le monde entier, et seulement un ou deux par atelier ».

Après quatre ans, elle a rassemblé une vaste collection de papiers peints et de tissus, complétés par des carreaux, des tapis, des dentelles, des accessoires sanitaires, du stuc, etc. En fait, Maison l’Art Nouveau offre des moyens d’expertise pour amener à faire prendre conscience de l’intérêt du patrimoine Art nouveau et, en même temps, aide les propriétaires de maisons Art nouveau avec une véritable connaissance des matériaux soigneusement sélectionnés pour des intérieurs de ce style.

Bing, la référence d’Olga

Olga a apporté aussi un grand soin au choix du nom de sa société, Maison l’Art Nouveau. « Si je devais donner le nom d’une personne qui a porté l’Art nouveau en Europe, ce serait Siegfreid Bing (1838-1905).

publicité art nouveau Bing

Publicité de l’Art Nouveau Bing.

Durant toute sa vie il a rassemblé autour de lui de jeunes artistes avec de nouvelles idées, il les a inspirés avec l’art japonais et leur a même donné une plate-forme pour montrer et vendre leurs créations à l’endroit le plus central en Europe, Paris ! » Son approche, sa façon de travailler tout chez Seigfreid Bing inspire Olga. « Bing était tellement convaincu par l’idée du nouveau concept du « style total » qu’il a décidé de transformer sa galerie du 22 rue de Provence en une nouvelle galerie appelée L’Art nouveau.

Maison de l'art nouveau

Maison de l’Art nouveau, Bing.

Comme Bing, j’ai voulu être une inspiration pour d’autres personnes, en leur faisant prendre conscience de notre héritage. J’ai ajouté « Maison » avant l’Art Nouveau car je vends de produits pour la maison. Et, en outre, Maison sonne bien mieux que Boutique ou Société. »

L’Art nouveau en voyage

Quand on consulte le site d’Olga, on découvre de nombreuses villes où l’Art nouveau s’est épanoui. Même si vous n’êtes pas très sensible à ce style, vous  y trouverez des sources d’inspiration pour vos prochains périples ou si vous connaissez destinations, vous regretterez sans doute d’être passé à côté de bâtiments hautement originaux. Olga organise deux à trois voyages par an dans un pays étranger et plusieurs déplacements d’un jour.

Elle va souvent à Bruxelles pour une exposition ou ailleurs dans les Pays-Bas ou la Belgique pour visiter un musée. Son époux son déplace beaucoup et chaque fois que c’est possible, elle l’accompagne pour faire un voyage Art nouveau. Tandis qu’il assiste à ses réunions, elle visite un musée, fait un circuit Art nouveau. C’est ainsi qu’elle a découvert de nombreux très beaux immeubles hors des sentiers battus. « Quand je dois voyager pour d’autres raisons ou lorsque nous organisons nos vacances d’été avec les enfants, nous faisons comme la plupart des gens. Mais ensuite, nous essayons parfois de découvrir quelques joyaux Art nouveau dans ce secteur. Vous pouvez le voir dans mon blog. En été, nous allons camper habituellement en Dordogne. Et tous les ans, nous en profitons pour programmer des voyages d’un ou deux jours à la recherche d’Art nouveau. C’est ainsi que nous avons fait des découvertes à Bort-les-Orgues, Aurillac, Vichy, La Bourboule et le Mont Dore. »

Pour organiser au mieux ses circuits, Olga utilise une application off-line, Galileo, sur son iPhone. Avant de partir, elle indique dans l’application tous les endroits qu’elle veut voir. Une fois qu’elle est dans la ville, elle va d’un point à un autre. Ainsi, elle ne peut jamais oublier un bâtiment. Parfois, elle en ajoute pendant son circuit. De cette façon, elle peut facilement se souvenir de ce qu’elle doit rechercher quand elle revient chez elle. « Vous pouvez enregistrer vos promenades avec cette application et travailler sur les détails à votre retour ». Une excellente idée que je vais mettre en application. Ce qui devrait m’éviter de me battre avec plusieurs cartes, mes notes, mon stylo et mon appareil photo quand je voyage.

De bons souvenirs et des projets

Pour Olga Harmsen, les conférences organisées par RANN et l’Art Nouveau Club font partie de ses bons souvenirs. « Ces organismes ont des membres très motivés venant du monde entier et ces groupes de personnes sont d’excellente compagnie. Nous avons des dîners après les réunions et nous parlons d’Art nouveau toute la nuit ! Chaque membre est un expert dans son propre champ d’investigation ou dans son pays, ou est un admirateur inconditionnel de l’Art nouveau. C’est ce qui rend ces groupes si intéressants. Il y a tant de choses dont on peut discuter avec chaque membre. Nous avons tellement en commun et nous pouvons apprendre les uns des autres. Etre membre de ces réseaux est merveilleux. »

Olga n’a pas de lieu de prédilection, elle se passionne pour tout ce qui peut concourir à une meilleure appréhension de l’Art nouveau. « Apprendre les variations et les similarités de l’Art nouveau dans les différents pays vous aide à comprendre les différences et les similarités entre les différentes cultures. Car l’étude de l’Art nouveau ne concerne pas seulement l’architecture et les beaux-arts, elle s’étend aussi à la musique, au design industriel, à l’histoire, à la politique, à la technologie ou à l’anthropologie. C’est tellement excitant une fois que vous avez compris tout le tableau ! »

Prochain déplacement pour Olga, à Bruxelles où elle participera au festival BANAD. Elle a réservé trois visites guidées : la Maison Cauchie, l’Hôtel Van Eetvelde et la Maison Strauven. Elle s’est aussi inscrite à la masterclass « Henri Sauvage, de l’Art nouveau à l’Art déco, projets de restauration ». Elle en profitera pour assister à la conférence annuelle du réseau RANN. D’ailleurs, si vous êtes passionné, vous aussi d’Art nouveau, vous pouvez, vous aussi devenir membre du RANN. Malgré le travail de recherche qu’elle a déjà effectué, Olga a encore de belles découvertes à faire puisqu’elle n’a pas encore visité Riga, Subotica –mais moi j’y suis allée ainsi qu’à Oradea et j’ai été fascinée par l’architecture de ces villes- ou Nancy mais aussi d’autres villes moins connues qui font partie de la Route Art nouveau ou dont elle a collecté les itinéraires, qu’on retrouve sur son blog et qui sont une véritable mine.

Et elle a l’intention d’aller au-delà de l’Europe puisque l’Art nouveau s’est aussi exprimé en Chine et en Namibie. Olga souhaiterait se rendre à Buenos Aires où le patrimoine est particulièrement riche. Elle est d’autant plus sensibilisée qu’elle est en train de lire le livre « Art nouveau in Buenos Aires » écrit par Anat Meidan. Il doit sortir en avril et on lui a demandé d’en faire un compte-rendu. « Le livre est magnifique et l’Art nouveau à Buenos Aires encore plus. J’espère seulement pouvoir voir de mes propres yeux tout cela, et écrire sur le sujet pour mon blog ».

Vous pouvez suivre About Art Nouveau, le blog d’Olga Harmsen, sa page Facebook, son compte Twitter et son compte Instagram.

En ce qui concerne La Maison l’Art Nouveau, il existe un site, une page Facebook et un compte Twitter.

Je ne peux que vous inciter à vous abonner à ces blogs et à suivre ces comptes très riches et régulièrement actualisés.

 

 

 

 

Advertisements

Une réflexion au sujet de « Voyage en Art nouveau avec Olga Harmsen »

  1. A reblogué ceci sur Art Nouveauet a ajouté:
    Usually, I don’t re-blog posts from other bloggers. But this time, I feel it is justifiable to make an exception.
    Two weeks ago, Claude Mandraut, a French journalist who blogs about architecture and tourism, asked me if she could interview me about my Journey into discovering Art Nouveau. She asked me a lot of interesting questions, and made me think about how Art Nouveau has changed my life in the last couple of years. And Art Nouveau díd change my life! How? That is for you to discover in Claude’s blog. It was an interesting experience to work with Claude. I hope you’ll enjoy this interview too.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s