JAR au Metropolitan Museum of Art

Plus de 400 pièces du mythique et mystérieux joaillier JAR sont exposées au Metropolitan Museum of Art

Broche papillon en saphirs, opales de feu, améthystes, grenats, diamants, argent et or (1994). Collection privée. Photo Katharina Faeber, courtesy of JAR, Metropolitan Museum of Art.

Broche papillon en saphirs, opales de feu, améthystes, grenats, diamants, argent et or (1994). Collection privée. Photo Katharina Faeber, courtesy of JAR, Metropolitan Museum of Art.

du 20 novembre 2013 et le 9 mars 2014. Une raison supplémentaire pour aller à New York car il s’agit d’un véritable évènement culturel. L’Américain Joël Arthur Rosenthal, plus connu sous ses initiales JAR, a fait ses études à Harvard et a passé beaucoup de temps dans les musées, les galeries et les salles de vente. Il débarque à Paris en 1966 y crée, en 1973,  une affaire de broderie avec son partenaire Pierre Jeannet, revient à New York en 1976 et travaille pour Bulgari. Retour à Paris et  ouverture de sa propre affaire de joaillerie en 1978, place Vendôme. C’est à ce moment-là, qu’il commence à bâtir sa légende. Inutile de scruter les vitrines de la place Vendôme, JAR n’y apparaît pas. Il exerce son talent et sa créativité à l’abri des regards, à l’étage où il accueille une clientèle de privilégiés triés sur le volet. Il s’inspire de la nature avec une prédilection toute particulière pour les fleurs et les papillons. Le tout traité en trois dimensions et avec une grande liberté.

Broche géranium en diamants, aluminium, argent et or (2007). Collection privée. Photo Jozsef Tari, courtesy of JAR, Metropolitan Museum of Art.

Broche géranium en diamants, aluminium, argent et or (2007). Collection privée. Photo Jozsef Tari, courtesy of JAR, Metropolitan Museum of Art.

Il est bien connu pour son amour des pierres dont il marie les couleurs avec brio. Il a réintroduit dans la joaillerie l’usage de l’argent qu’il noircit pour mieux faire ressortir les couleurs des pierres et l’éclat des diamants. En outre, pour ses montures,  il a recours aussi bien au platine et à l’or qu’à l’aluminium. Ses pièces sont aussi brillantes et chatoyantes qu’il est secret. Cette exposition organisée par Jane Adlin, conservateur au Department of Modern and Contemporary Art at The Metropolitan Museum of Art, est exceptionnelle par son ampleur, la nature du créateur et le fait que cette institution consacre pour la première une rétrospective à un joaillier contemporain. Pour l’occasion, JAR a créé une collection de boucles d’oreilles et de montres vendues exclusivement au Metropolitan Museum of Art. Un catalogue accompagne cette exposition.

Jewels by JAR du 20 novembre 2013 au 9 mars 2014, Metropolitan Museum of Art, New York, http://www.metmuseum.org.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s