Découvertes urbaines, Focus

Bilbao, Modernité et traditions

Deuxième visite à Bilbao qui mérite bien qu’on s’y arrête. La ville a su se moderniser, tout en gardant son âme, loin du tourisme de masse. Son histoire est visible dans son urbanisme avec la vieille ville, le Casco Viejo, dans le creux d’un petit coude de la Ria del Nervion et le l’Ensanche, la ville nouvelle, de l’autre côté.

mairie bilbao jorge oteiza
Mairie de Bilbao. Bien qu’elle se situe au coeur de la ville, sa silhouette se dessine sur fond de forêt. Devant la sculpture de Jorge Oteiza (1908-2003) de 6 mètres par 8. En corten, elle évoque la coque des bateaux. Photo City Breaks AAA+, ©Claude Mandraut.

Une expansion rendue nécessaire à partir du milieu du XIX ème siècle par les nouvelles activités basées sur la métallurgie et l’activité navale à l’origine de l’enrichissement de Bilbao. Depuis quelques décennies, le tertiaire et la culture ont pris le relais. Et Bilbao a su encore une fois se renouveler sans se renier.

Au secours de Puppy

Dans un article précédent, j’ai évoqué le fameux musée Guggenheim conçu par l’architecte Frank Gehry et ouvert depuis 1997. Sa silhouette aux reflets métalliques est indissociable de Bilbao. Puppy fait partie des sculptures qui entourent le Guggenheim.

Puppy de Jeff Koons sur le parvis du Gugenheim.
Puppy, création de Jeff Koons sur le parvis du Guggenheim, a besoin de se refaire une santé. Photo City Breaks AAA+, ©Claude Mandraut.

Ce grand chien, un West Highland Terrier, de douze mètres de haut, habité par des fleurs multicolores, qui changent tous les ans, est l’œuvre de Jeff Koons. Il accueille les visiteurs du musée dont il est devenu la mascotte. Actuellement, ce charmant quadrupède aurait besoin d’une bonne séance de toilettage, c’est pour cette raison que le Guggenheim a lancé une opération de crowdfunding à laquelle tout le monde peut participer. Il devient en effet nécessaire de rénover la structure avec le système d’arrosage intégré et les couches de substrats qui permettent aux fleurs de pousser.

En parlant de petites bêtes, je ne résiste pas au plaisir de vous montrer une étrange chauve-souris, un couple d’ours, un ravissant petit singe.

chauve-souris fontaine Bilbao
Petit animal composite aux ailes de chauve-souris en guise de robinet pour cette fontaine publique de Bilbao. Photo City Breaks AAA+, ©Claude Mandraut.
des ours veillent sur l'entrée d'un immeuble à Bilbao
Deux ours veillent sur l’entrée d’un très bel immeuble de Bilbao. Photo City Breaks AAA+, ©Claude Mandraut.
singe bilbao
Un des petits singes malicieux en médaillon qui décorent la façade d’un immeuble bourgeois de Bilbao. Photo City Breaks AAA+, © Claude Mandraut.

Dans un autre registre, j’ai trouvé une fontaine dont les lignes m’ont éblouie.

fontaine Quintin de la Torre Aureliano del valle bilbao
Une fontaine en l’honneur du musicien Aureliano del Valle. Elle est l’oeuvre du sculpteur basque Quintin de la Torre (1877-1966). Elle a été installée en 1922, quatre ans après la mort d’Aureliano del Valle, dans le parc Dona Casilda. Cette oeuvre frappe par son expressionisme et la pureté des lignes, bien dans l’esprit Art déco. Photo City Breaks AAA+, © Claude Mandraut.

Le Kiosque del Arenal

Après la petite revue que j’avais faite de bâtiments Modernistes à Bilbao, lors de mon dernier passage, il me restait quelques réalisations à aller voir. Le Kiosque à musique del Arenal en faisait partie.

Couverture du Kiosque de l'Arenal Bilbao.
Vaste couverture ronde pour protéger le Kiosque de l’Arenal à Bilbao. Photo City Breaks AAA+, ©Claude Mandraut.

Ce bâtiment qui se trouve sur le paseo del Arenal est loin d’être un simple kiosque à musique tel qu’on en voit avec une toiture plus ou moins travaillée supportée par des piliers en périphérie. L’architecte Bermeo Pedro Ispizua (1895-1976), natif de Bilbao, en a fait une création beaucoup plus complexe. Ispizua a fait des « travaux pratiques » avec Gaudi sur le chantier de la Sagrada Familia et c’est Domenech i Montaner qui l’a recommandé à l’architecte municipal de Bilbao. Des références prestigieuses. Ainsi en 1927, il s’attaque à la conception du Marché de la Ribera et du Kiosque à musique. Celui-ci oscille entre Modernisme et Art déco.

arrière du Kiosque de l'Arenal Bilbao
L’arrière du Kiosque de l’Arenal. Photo City Breaks AAA+, ©Claude Mandraut.

Il adopte une forme en demi-cercle. Le sol est surélevé sur une base en verre et le kiosque sans poteau est protégé par un toit en surplomb festonné comme une marquise. Les côtés sont délimités par des structures en verre aussi, évoquant deux éventails superposés. Le plafond est constitué par un grand vitrail. Cet ensemble est adossé à une construction en pierre ornée de colonnes.

bar en marbre du Kiosque de l'Arenal Bilbao
Tout en marbre, le bar en sous-sol du Kiosque de l’Arenal. Photo City Breaks AAA+, ©Claude Mandraut.

Des escaliers amènent à un café en sous-sol, dont le sol et les murs sont habillés de dalles en marbre blanc scandées par des cabochons en marbre rouge qui renvoie au comptoir du bar, lui aussi arrondi. Chaises et tables sont dans l’esprit du mobilier Thonet.

Le lavoir Moderniste de Castaňos

Plus franchement Moderniste, l’ancien lavoir de Castaňos est converti en centre civique. C’est l’architecte Ricardo Batista, qui après avoir fait ses classes à Barcelone à l’école d’architecture dirigée alors par Domech i Montaner, est chargé en 1905 des chantiers de l’Alhondiga (devenu depuis le centre culturel Azkuna Centroa), de ce lavoir, 11 Castaňos Kalea, un bâtiment d’angle, et de celui de San Mames.

ancien lavoir de Castanos Moderniste Bilbao
L’ancien lavoir de Castanos transformé en centre civique. L’architecture Moderniste reste malgré tout bien visible. Photo City Breaks AAA+, ©Claude Mandraut.

La ville avait passé ces commandes de lavoirs pour que la population puisse avoir du linge propre afin d’endiguer les épidémies de choléra. En 1943, le lavoir de Castaňos est transformé en marché avant de devenir en 2009 le centre civique actuel qui a nécessité une surélévation.

lavoir de castanos enroulement Moderniste
Enroulement des menuiseries des fenêtres du lavoir de Castanos. Photo City Breaks AAA+, ©Claude Mandraut.
porte moderniste Castanos Bilbao
Très jolie composition du battant et des dormants de la porte en bois. Photo City Breaks AAA+, ©Claude Mandraut.

Malgré cet ajout, l’architecture Moderniste se lit parfaitement avec le mélange de matériaux et de couleurs : pierre, briquettes, céramique, fer forgé. Les formes des ouvertures sont aussi très caractéristiques.

polychromie, mélange de matériaux modernistes Bilbao
Polychromie et mélange de matériaux bien dans l’esprit du Modernisme au lavoir de Castanos à Bilbao. Photo City Breaks AAA+, ©Claude Mandraut.
porte Modernisme pierre bois
Aucun détail n’est laissé au hasard sur cette porte annexe du lavoir de Castanos. La porte s’orne de motifs en creux et reliefs du bois tandis que l’encadrement en pierre adopte un mouvement enlevé, pas aussi vif que le « Coup de fouet » de Horta mais sinueux malgré tout, comme il sied au Modernisme. Photo City Breaks AAA+, ©Claude Mandraut.

L’encadrement des fenêtres en pierre est ovalisé, le tour des portes suit dans un mouvement sinueux la forme de l’imposte et de la porte. Les menuiseries des fenêtres sont particulièrement recherchées avec d’étonnants enroulements du bois.

Un salon arabe à la Mairie de Bilbao

Si Bilbao fut fondée en 1300 par Don Diego Lopez de Haro, la première mairie bien identifiée se trouvait sur la Plaza Vieja à partir du début du XVI ème siècle, dut déménager suite à des inondations et ce n’est qu’en 1892 que les élus ont commencé à occuper le bâtiment que nous connaissons actuellement et qui fut construit à l’emplacement du Monastère San Agustin par l’architecte municipal Joaquin Rucoba (1844-1919) en poste depuis 1883. Le bâtiment est imposant de l’extérieur mais l’intérieur est très soigné avec son grand escalier en marbre et ses vitraux.

escalier Mairie de Bilbao
Perspective sur l’escalier de la Mairie de Bilbao. Photo City Breaks AAA+, ©Claude Mandraut.
hall premier étage Mairie de Bilbao
Hall au premier étage de la Mairie de Bilbao. Photo City Breaks AAA+, ©Claude Mandraut.

Les blasons racontent l’histoire de la ville tout comme les portraits de la galerie des maires, à l’étage. La salle du conseil est précieuse avec ses ors qui ressortent sur les boiseries vertes et les rideaux bordeaux. Les meubles en bois et cuir ont été exécutés à Bordeaux.

armes de la ville de Bilbao
Les armes de la ville de Bilbao. Photo City Breaks AAA+, ©Claude Mandraut.
salle du conseil Mairie de Bilbao
Salle du conseil de la Mairie de Bilbao. Photo City Breaks AAA+, ©Claude Mandraut.

Les matériaux et des décors de la mairie ont beau être recherchés et raffinés, l’une de ses salles éclipse toutes les autres par son extraordinaire composition, c’est le salon arabe.

enfilade salon maure mairie de Bilbao
L’enfilade du Salon Maure de la Mairie de Bilbao. Photo City Breaks AAA+, ©Claude Mandraut.
arche salon maure mairie de Bilbao
Des arches richement festonnées du Salon Maure. Photo City Breaks AAA+, ©Claude Mandraut.

Cet immense pièce avec ses trois espaces en enfilade renoue avec les fastes orientaux qu’on est plus habitué à voir à Grenade ou à Séville. Là, c’est une débauche de couleurs, de caissons finement travaillés, d’arcs aux bords dentelés. Joaquin Rucoba a repris avec brio les codes du style Mudejar. Le bois a été utilisé pour imiter le bois ou l’ivoire tandis que les fournisseurs ont été choisi avec soin : lampes de Dellafolie à Paris, carreaux de la Cartoucherie de Séville ou de Pickman y Cia.

caissons plafond salon maure Mairie de Bilbao
Caissons au plafond. Photo City Breaks AAA+, ©Claude Mandraut.
rosace suspension salon maure mairie de Bilbao
Rosace autour du pied d’une suspension. Photo City Breaks AAA+, ©Claude Mandraut.

Joaquin Rucoba, avec cette réalisation néo-Mudejar, s’inscrit dans un courant « Alhambriste » qu’on retrouve en musique avec Enrique Granados, Isaac Albeniz ou Manuel de Falla ou en littérature, l’Alhambra servant de cadre à certains romans.

oeil de boeuf salon maure Mairie de Bilbao
Oeil de boeuf en vitraux du Salon Maure de la Mairie de Bilbao. Photo City Breaks AAA+, ©Claude Mandraut.
détail décors salon maure mairie de Bilbao
Détail des décors du Salon Maure. Photo City Breaks AAA+, ©Claude Mandraut.

En 1859, José Amador de los Rios dans son discours d’entrée à la Real Academia de Bellas Artes de San Fernando, « Le style mudéjar dans l’architecture » avait mis en avant le caractère national espagnol du Mudéjar au même titre que le gothique en France.

Céramique salon maure mairie de Bilbao
Céramique habillant en partie basse les murs du Salon Maure de la Mairie de Bilbao. Photo City Breaks AAA+, ©Claude Mandraut.

Ce Salon Arabe de la Mairie de Bilbao fut utilisé pour le repas de gala de l’inauguration de la mairie en 1892 et continue à accueillir de grands événements.

La Sociedad Bilbaina, une institution

Ambiance feutrée à la Sociedad Bilbaina, un club privé à l’anglaise situé kalea Navarra, 1. Fondée en 1839, la Sociedad Bilbaina a fait construire cet imposant bâtiment à Emiliano Armann pour s’y installer en 1913 car l’immeuble de la Plaza Nueva devenait trop petit. Ce club a connu le succès dès son départ.

porte à tambour sociedad bilbaina bilbao
Porte à tambour de l’entrée de la Sociedad Bilbaina. Photo City Breaks AAA+, ©Claude Mandraut.
escalier arrondi sociedad bilbaina bilbao
Escalier arrondi de la Sociedad Bilbaina. Photo City Breaks AAA+, ©Claude Mandraut.

En 1839, 133 personnes s’étaient réunies pour constituer ce lieu d’échanges, l’année suivante, la Sociedad Bilbaina comptait 240 adhérents et 300 en 1843.

coupole en vitraux sociedad bilbaina bilbao
Coupole en vitraux éclairant la cage d’escalier de la Sociedad Bilbaina. Photo City Breaks AAA+, ©Claude Mandraut.
palier sociedad bilbaina bilbao
Palier du premier étage à la Sociedad Bilbaina. Photo City Breaks AAA+, ©Claude Mandraut.

Ses membres trouvent là un endroit de détente où ils peuvent aussi amorcer des affaires dans une ambiance agréable et feutrée. La Sociedad Bilbaina est le reflet d’une partie de la vie économique et culturelle de Bilbao depuis plus d’un siècle.

salon d'accueil sociedad bilbaina bilbao
Salon d’accueil à l’étage de la Sociedad Bilbaina. Photo City Breaks AAA+, ©Claude Mandraut.

Au-delà du rôle que ce club peut jouer, le bâtiment de style éclectique et déclaré bien culturel est un exemple d’architecture entre la majesté des espaces et les aménagements choisis.

bibliothèque sociedad bilbaina bilbao
Bibliothèque de la Sociedad Bilbaina. Photo City Breaks AAA+, ©Claude Mandraut.
armes de bilbao sociedad bilbaina bilbao
Armes de Bilbao sur un vitrail de la Sociedad Bilbaina. Photo City Breaks AAA+, ©Claude Mandraut.

La grande entrée sur la rue et l’escalier majestueux éclairé par une coupole en vitraux amènent aux différents salons ainsi qu’à la vaste salle à manger, à l’étage.

bar sociedad bilbaina bilbao
Bar de la Sociedad Bilbaina. Photo City Breaks AAA+, ©Claude Mandraut.
salle à manger sociedad bilbaina bilbao
Petite partie de la grande salle à manger de la Sociedad Bilbaina. Photo City Breaks AAA+, ©Claude Mandraut.

Plus haut, le secrétariat a été conservé avec ses boiseries et ses parements en verre enchâssés dans des encadrements en laiton rutilant.

bureaux sociedad bilbaina bilbao
Bureaux à l’ancienne de la Sociedad Bilbaina. Photo City Breaks AAA+, ©Claude Mandraut.
sociedad bilbaina oeuvres d'art bilbao
La Sociedad Bilbaina possède des oeuvres d’art. Photo City Breaks AAA+, ©Claude Mandraut.

Quelques chambres ont aussi été aménagées pour accueillir des invités venant de clubs partenaires. La bibliothèque est l’un des atouts de la Sociedad Bilbaina.

plaque sociedad Bilbaina bilbao
Plaque célébrant l’installation de la Sociedad Bilbaina dans ses nouveaux locaux. Photo City Breaks AAA+, ©Claude Mandraut.

Le cadre a conservé son charme d’antan mais surtout elle a fonds de 40 000 livres dont 6 incunables et 1 000 ouvrages du XVI ème siècle.

Les géants et les grosses têtes de Bilbao

Le musée basque était fermé, pour travaux semble-t-il, mais je n’ai pas tout perdu. Ce musée occupant depuis 1921 le collège de San Andrés fondé par les Jésuites au XVII, a laissé ouvert à la visite le cloître à trois étages qui constitue le cœur du bâtiment et y installé les géants et les grosses têtes de Bilbao.

les géants de Bilbao
Les géants de Bilbao Photo City Breaks AAA+, ©Claude Mandraut.
les grosses têtes de bilbao
Les grosses têtes de Bilbao. Photo City Breaks AAA+, ©Claude Mandraut.

Ces personnages qui font partie de la tradition ont connu un sort varié au cours des siècles. On les voit apparaître au XVI ème siècle, ils viennent enrichir le cortège religieux de la fête du Corpus Christi. Et la première évocation écrite date de 1654 avec quatre costumes de rois maures.

dona tomasa bilbao
Dona Tomasa, l’épouse de l’officier de justice. Photo City Breaks AAA+, ©Claude Mandraut.
l'anglais tombé amoureux d'une bilbainita
L’Anglais tombé amoureux d’une jeune Bilbainita. Photo City Breaks AAA+, ©Claude Mandraut.

La mauresque vient plus tard, tout comme le couple Don Terencio et Dona Tomasa et des turcs. Le groupe s’enrichit, il y a de nouvelles générations de géants qui arrivent. On renonce à les faire sortir au début du XX ème siècle mais ils reviennent finalement avec une réorganisation des personnages. La troupe est remaniée en fonction de l’actualité, on fait appel à des artistes pour donner vie aux nouveaux géants.

la cigarière bilbao
La cigarière de Bilbao. Photo City Breaks AAA+, ©Claude Mandraut.
don terencio bilbao
Don Terencio, l’officier de justice. Photo City Breaks AAA+, ©Claude Mandraut.

Désormais, ils participent régulièrement à la fête d’Aste Nagusia, un peu avant la fin du mois d’août. Actuellement, la mairie de Bilbao conserve deux générations de géants : Don Terencio (l’officier de justice) et Doňa Tomasa (son épouse), les villageois, l’Anglais (qui n’a plus voulu partir de Bilbao) et la femme de Bilbao qui l’a séduit, le forgeron et la cigarière, le marin et la femme docker, Isabelle II (reine d’Espagne de 1833 à 1868) et Zumalacarregui (général carliste blessé au siège de Bilbao en 1835), Pichichi et Lina, s’intéressant au sport qui rend hommage à l’Athletic Club de Bilbao et Gargantua.

Le forgeron bilbao
Le forgeron. Photo City Breaks AAA+, ©Claude Mandraut.
le villageois bilbao
Le villageois. Photo City Breaks AAA+, ©Claude Mandraut.
Zumalacarregui bilbao
Tomas Zumalacarregui, le général carliste blessé à mort à la bataille de 1835 de Bilbao. Photo City Breaks AAA+, ©Claude Mandraut.

Et il y a en plus les grosses têtes dont des personnages médiévaux, le diacre et les enfants de chœur, le charbonnier, le lion de l’Athletic de Bilbao et Don Celes. Désormais, chaque quartier a aussi ses géants.

Gexto, à la plage en métro

Ville de tradition portuaire, Bilbao n’est pas une plage. Mais en quelques minutes de métro, on arrive à la station balnéaire de Gexto desservies par trois stations : Areeta, Gobela, Neguri. Dépaysement garanti. On se retrouve en moins de temps qu’il ne faut pour le dire à la plage alors qu’on vient juste de quitter le centre ville.

La promenade de Gexto
La promenade de Gexto. Photo City Breaks AAA+, ©Claude Mandraut.
gexto entre mer et montagne
Gexto entre mer et montagne. Photo City Breaks AAA+, ©Claude Mandraut.
front de mer gexto
Le front de mer de Gexto. Photo City Breaks AAA+, ©Claude Mandraut.

Gexto s’est développé au début du XX ème siècle quand de riches basques se sont lancés dans les affaires : Hauts fourneaux de Bilbao, Hauts fourneaux de Biscaye, Banque de Bilbao, chantiers navals, chemin de fer, sidérurgie. Il n’est donc pas étonnant que les villas qui bordent la promenade soient de véritables petits palais.

maison des sauveteurs Gexto
La maison des sauveteurs de Gexto. Photo City Breaks AAA+, ©Claude Mandraut.
Manoir bidearte gexto
Le manoir Bidearte à Gexto. Commandé en 1927 par Tomas Allende Alonso, un industriel oeuvrant dans les mines, à Manuel Maria Smith. Il y avait, au départ, six appartements. Bidearte est de style néo-Basque avec une touche anglaise.

Le style de ces bâtiments oscille entre l’éclectisme, le régionalisme ou joue sur un petit clin d’œil à l’architecture anglaise. Severino Achucarro, Pedro Pelaez, Federico Borda, Daniel Escondrillas, José Maria Basterra ou Francisco Ciriaco Escondrillas font partie des architectes qui ont travaillé sur ces bâtiments.

Aitzogoyen gexto
Au premier plan, à droite, Aitzgoyen, un bel exemple d’architecture néo-Basque conçue en 1909 par Emilio Ybarra y de la Revilla, co-fondateur du journal El Pueblo Vasco. Photo City Breaks AAA+, ©Claude Mandraut.
cisco gexto
La maison Cisco construite encore par Manuel Maria Smith en 1909, à la demande de Luis Arana Urigüen, homme d’affaires, grand amateur de sports. Photo City Breaks AAA+, ©Claude Mandraut.

Ils sont pour la plupart bien entretenus et peu d’entre eux ont été détruits pour laisser la place à des immeubles collectifs nettement moins élégants. Malheureusement, je n’ai pas pu parcourir les Galeries Begoňa, un ensemble aménagé sur sur trois étages et dont les courbes épousent les formes du terrain auquel il est adossé. Ces galeries dessinées par Ricardo Bastida en 1918 et permettaient de contempler la plage.

manoir vallejo Gexto
Manoir Vallejo, du Basque Baroque sorti de l’imagination de Manuel Maria Smith, en 1924, pour Emilio Vallejo. Photo City Breaks AAA+, ©Claude Mandraut.
palais Ampuero Gexto
Manuel Maria Smith a joué sur l’asymétrie et a puisé son inspiration dans le style néo-Montagnard pour le Palais Ampuero dont Joaquin Ampuero del Rio, propriétaire de mine et politicien, a pris possession en 1928. Photo City Breaks AAA+, ©Claude Mandraut.

A l’intérieur, des pièces et des passages ont été aménagés, paraît-il. Mais elles étaient fermées pour cause de travaux, lors de mon passage. Autre bâtiment, qui a les pieds des l’eau, la station de sauvetage.

palais Arriluze gexto
Fernando Maria Ybarra, homme d’affaires et politicien conservateur, avait confié à José Orieol Urigüen, le soin de construire en 1910 le palais Arriluze. On discerne des touches de divers styles : néo-Médiéval, néo-Gothique, des apports anglais de type Queen Anne. Photo City Breaks AAA+, ©Claude Mandraut.
palais leguizamon gexto
Le palais Leguizamon est un très vaste bâtiment surplombant un jardin qui descend vers la mer. José Maria Basterra a articulé trois volumes principaux dont l’un destiné à la bibliothèque car le propriétaire, Luis Lezama Leguizamon Sagarminaga, homme d’affaires et politicien, était un bibliophile. Le bâtiment a été terminé en 1903 mais retravaillé en 1919 par Manuel Maria Smith. Photo City Breaks AAA+, ©Claude Mandraut.

On doit cette station de sauvetage à Ignacio Maria Smith qui la termina en 1920. L’architecte s’est amusé à donner un style différent à chaque façade.

villa Ariatza gexto
La villa Ariatza était une construction assez tardive de Manuel Maria Smith qui l’a conçue en 1925. D’esprit néo-Basque, elle est restée vide pendant des années et a été transformée en hôtel en 2003. Photo City Breaks AAA+, ©Claude Mandraut.

Si le parapet qui borde la première partie de la promenade est battu par les flots, la seconde partie donne sur une vaste plage où chacun a largement sa place pour ne pas être gêné par son voisin de serviette. Gexto est donc un lieu privilégié, tant par son architecture que par sa plage très tranquille.

Deux séjours à Bilbao ne m’ont pas permis de voir tout ce que j’avais prévu de découvrir. Il faudra donc que je revienne dans cette ville agréable, où les touristes ne déferlent pas en hordes, et qui beaucoup plus riche en matière de patrimoine et d’architecture que l’imaginent ceux qui le traversent ou qui n’y viennent que pour une exposition du Guggenheim.

zubizuri pont blanc santiago Calatrava Bilbao
Le Zubizuri, soit le pont blanc en basque, est une passerelle conçue par Santiago Calatrava en 1997 et qui fait désormais partie du paysage de Bilbao. Photo City Breaks AAA+, ©Claude Mandraut.
Par défaut

3 réflexions sur “Bilbao, Modernité et traditions

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.