L’Aéroport de Bordeaux de plus en plus international

Avec près de 5 millions de passagers en 2014, l’Aéroport de Bordeaux-Mérignac a enregistré une croissance de plus de 7% et ce n’est pas fini. L’année 2015 sera riche en ouvertures de lignes dont beaucoup à l’international et ce ne sont pas les voyageurs bordelais qui vont se plaindre ni les professionnels du tourisme bordelais qui voient arriver des touristes d’horizons variés. Petit tour de piste pour dévoiler les nouvelles destinations.

Avec une progression de 6,3% en janvier 2015, l’Aéroport de Bordeaux est sur une bonne trajectoire, cette année encore. Le trafic régulier international a augmenté en janvier de 16,8%. Les vols low cost affichent un taux de +10,4%. Globalement, c’est le Bénélux qui tire l’international avec +32,9% pour Amsterdam avec KLM et Easyjet, ce qui n’est pas étonnant car Amsterdam est une ville bien agréable et l’aéroport Schipol est un hub très pratique que je préfère, et de loin, à Charles de Gaulle. De son côté, Bruxelles est à +32,9% pour Charleroi par Ryanair tandis que Brussels Airport est desservi par Easyjet depuis l’année dernière. L’Europe du Sud, c’est-à-dire l’Espagne et l’Italie, ne se porte pas mal non plus à +14,4%. Après 17 créations de lignes en 2014, 12   nouvelles lignes, dont un bon nombre à l’international, vont être lancées pour la saison printemps-été et vont sans doute doper le trafic de l’Aéroport de Bordeaux avec des destinations très attractives comme Prague, Dubrovnik et Corfou par Volotea, Athènes par la compagnie grecque Aegean, Vienne par Europe Airpost, Glasgow par Easyjet, où, par Alitalia, Milan où aura lieu l’Exposition Universelle, l’Expo Milano 2015. Un programme chargé, diversifié et bien agréable pour l’Aéroport de Bordeaux avec de nombreuses initiatives des compagnies low cost qui disposeront dès juin d’un terminal à la mesure de leurs ambitions. Le Billi dédié aux low cost, est en cours d’agrandissement. A côté de ces nouveautés, les villes italiennes et espagnoles proposées, notamment par Volotea qui utilise le terminal A et non le Billi, et Istanbul desservi depuis un an par Turkish Airlines devraient continuer à voir leur trafic progresser, sans parler des liaisons historiques de Bordeaux vers la Grande Bretagne.

Mais Jean-Luc Poiroux, le directeur du développement commercial de l’Aéroport de Bordeaux-Mérignac, ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Il souhaiterait développer des lignes vers l’Allemagne car, pour l’instant, Bordeaux et seulement relié à Munich par Volotea. Et comme Bordeaux est une véritable marque connue à l’international, il ambitionne de convaincre des opérateurs pour un Bordeaux/New York qui serait capable de séduire aussi bien les Américains que les Bordelais. Et il travaille sur la Chine « où les potentiels s’envolent », d’autant plus que les Chinois s’intéressent au vin de Bordeaux à tel point qu’ils ont acheté un certain nombre de châteaux. Autre aspect intéressant, les touristes chinois ne sont pas sensibles à la saisonnalité et seraient susceptibles de venir visiter Bordeaux et l’Aquitaine tout au long de l’année. Un programme à suivre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s